Le projet


Le projet / Thèmes :

Pièces sur l’orgueil, l’amour et la propriété :

  • Le conflit entre les questions de propriétés et d’amour font naître l’orgueil.
  • L’orgueil, un défaut très humain, est la cause de multiples conflits sur cette terre.
  • Il est présenté à petite échelle dans ces textes mais traduit une vérité humaine bien plus grande.

  • L’orgueil fait bien souvent notre malheur en amour :

Dans « L’Ours » l’orgueil impose à Mme Popova de faire le deuil de son mari jusqu’à la fin de sa vie et de lui rester fidèle. Elle luttera alors contre son désir et provoquera même en duel M. Smirnov.

Dans « La Demande en mariage » il empêche les deux amants de se fiancer à l’instant. Il provoque le conflit autour de l’appartenance d’un petit  terrain dérisoire. Chaque famille le revendique sien et aucun ne veut fléchir.



  • Nous voulons ainsi poser la question « Y a t’il toujours une incompatibilité entre Amour et Argent ? »


 
Des œuvres complémentaires :

Ces œuvres se complètent parfaitement et ont de nombreux points en commun :

  • Toutes deux sont des pièces explosives, avec des personnages qui le sont aussi : l’on assiste à un feux d’artifice d’émotions ;
  • Les deux textes sont drôle et ont la même énergie ;
  • Deux couples, deux disputes… débouchant sur deux mariages.

  • La construction dramatique est similaire mais inversée :
    • Dans l’une, l’union se trouve entravée par le conflit de propriété ;
    • Dans l’autre c’est le conflit qui débouche sur la déclaration d’amour ;
    • Dans les deux, l’amour est indissociable du conflit. On ne s’aime qu’à travers (ou grâce) au conflit.

  • De plus, elles ont approximativement la même durée.

Nous avons envie à travers ces textes de mettre en évidence, de mettre en avant l’absurdité et la contradiction de l’humain.



Intention de mise en scène et scénographie :

Nous essaierons de mettre concrètement en parallèle les deux pièces.
Nous souhaitons souligner la construction similaire « inversée » des deux pièces :

  • dans le même espace, exactement le même mobilier, l’un noir couleur de deuil, l’autre dans les tons rouges ;
  • grâce à la même comédienne jouant les rôles féminins de « La Demande en mariage » et de « L’Ours ».

De plus, nous voulons faire ressortir les intentions clairement et permettre d’atteindre l’intensité de jeu nécessaire à l’interprétation de ces œuvres (qui sont proches de la farce) :

  • Nous opterons pour un type de jeu extraverti, grandement physique ;
  • Nous opterons en particulier pour l’utilisation du jeu masqué, qui demande une prise en charge de l’interprétation par le corps dans son ensemble.

Esthétique :

  • L’espace sera épuré, graphique, sobre. Il reflétera une certaine modernité sans pour autant chercher à recréer une réalité naturaliste.
  • Le mobilier sera réduit au strict nécessaire : un canapé, un tapis, une table basse.
  • Nous désirons ouvrir les portes de l’imaginaire, et ne pas se fixer sur un décor « historique » ni sur une idée préconçue de Tchekhov.

No comments:

Post a Comment